C’est sous l’œil des caméras que Dorian Dejan a réalisé une tienta.
C’est sous l’œil des caméras que Dorian Dejan a réalisé une tienta. (Photos PIERRE SALIBA)

L'émission "On n'est pas que des cobayes"  de France 5 était le 26/01/12 au Domaine des Monteilles pour un sujet sur la vision de l'animal.

Un débat passionnant à retrouver le VENDREDI 24 FÉVRIER 20h 35 sur France 5.

Les aficionados vont peut-être trouver l’affirmation absurde. Pourtant, pour beaucoup de béotiens de la chose tauromachique,c’est la couleur rouge qui excite l’animal. Puisque depuis la nuit des temps, les toreros agitent une muleta d’un rouge vif sous l’œil du toro, afin de le combattre. France 5, dans son émission “On n’est pas des cobayes” diffusée chaque vendredi soir à 20 h 35, a décidé de placer le débat au milieu des arènes. Armés de caméras, cinq journalistes ont débarqué hier au domaine des Monteilles de Robert Margé, "pour tordre cette idée reçue", résume l’animateur Vincent Chatelain, qui revendique le côté scientifique du reportage.

Après un petit tour dans le campo pour approcher au plus près des braves, l’équipe de France 5 a fait appel au novillero audois Dorian Dejean, afin de réaliser une petite expérience.Le jeune homme a “tienté” une vache, à l’aide de différentes muletas. D’abord une rouge. Puis une bleue et une jaune avant de finir par du noir. Et de revenir au rouge, avec des caméras placées sur sa tête, sa poitrine... Et même sur sa cape. Un petit jeu qui l’a beaucoup amusé. Mais, cela n’a étonné personne autour des arènes, le résultat s’est avéré sans appel. Quelle que soit la couleur, l’animal a réagi de façon identique. Les journalistes pouvaient alors se tourner vers le deuxième interlocuteur, le président des vétérinaires taurins Gérard Bourdeau, qui a expliqué le phénomène. "Contrairement aux vertébrés et aux mammifères, la cellule de l’œil du toro est équipée de bâtonnets mais très peu de cônes. Ce qui signifie qu’il distingue un peu de bleu, de vert et de jaune. Mais absolument pas de rouge", a détaillé le médecin.

Quand le torero agite sa cape, le toro voit donc... marron. Le mystère est résolu, ou presque. Complétant son propos, le Dr Gérard Bourdeau a également tenté de démontrer pourquoi l’homme peut rester face à l’animal, sans que celui-ci ne réagisse. "En fait, le toro a une vision monoculaire. C’est-à-dire qu’il y voit très bien de chaque côté, jusqu’à 115°, mais très peu devant lui. Il a même un angle mort face à lui, sur une distance de 1,50 mètre environ. Au-delà en revanche, il peut voir très loin, jusqu’à 900 mètres", a poursuivi Gérard Bourdeau.

Sous sa casquette d’éleveur, Robert Margé ne partageait pas cet avis, racontant son expérience au campo et les braves qui viennent manger à ses pieds. "Il y a l’odorat qui joue aussi. Le toro réagit en fait à plusieurs stimuli".

Un débat passionnant à retrouver le 24 février au soir sur France 5. Même si l’émission ne répondra pas à une autre question : pourquoi, si la couleur n’est pas déterminante dans le combat, les muletas sont rouges ? Une idée, peut-être pour une seconde émission.

MIDI LIBRE  LUDOVIC TRABUCHET  27/01/2012

montera jaunemontera jaune