78289194_p   blocage  Ce dimanche matin 12 août 2012, un peu moins de 80 anti-corrida dont plus de 95% étrangers à Béziers ont réussi à bloquer la grande porte d'entrée de nos Arènes durant une heure obligeant le public à passer par une porte latérale pour assister à une tienta offerte par la ganaderia  Margé. Regrettable que le maire de Béziers n'ait pas pris un arrêté municipal pour les maintenir à l'écart de la place Jules Faigt...

Ils n'ont pu empêcher quelques partisans du TAURE ROGE de brandir des pancartes portant "vive la corrida, corrida vivra à Béziers"... et de distribuer plus de 500 exemplaires de leur bulletin du même nom dont les articles sont visibles sur ce site
Les barbares étaient bien à nos portes car comment qualifier autrement que de ce mot ces porteurs de pancartes du Colbac, de la Flac, du Crac et autres s’attaquant, devant les arènes, à la Tauromachie inscrite depuis plus d'un an à l'inventaire CULTUREL immatériel de la France en employant des mots étrangers à l’éthique de la corrida : tortures, sadisme, mafieux, assassins...
Toutes manifestations taurines (expositions, films, spec­tacles, livres, conférences...) sont pour eux à interdire donc à détruire...  L'exemple de Valras Plage, organisant un concours- expo­sition de peintures ayant trait à la Tauromachie a bien vu, il y a quelques jours, devant la porte de l'exposition une demi-douzaine de ces anti-corrida protester contre les tableaux, avec pour les artistes un mépris affligeant. Ces antitaurins avaient auparavant condamné Nîmes et son prix « Heming­way » récompensant une œuvre littéraire ayant trait à la tauromachie. A quand les autodafés au milieu du ruedo ?

Leur idéologie réclame par ailleurs l'interdiction de la chasse, de la pêche, des animaux dans les zoos et les cirques, du foie gras, la fermeture des abattoirs pour aboutir en fin de course au vé­gétarisme... Et bien non ! nous ne voulons pas de ce monde for­maté par cette doctrine totalitaire d'origine anglo-saxonne ! ». 

 taure roge jaune