justice

Voici l'édito d'André Viard paru ce jour sur le site TERRES TAURINES, que les quelques membres du Colbac de Béziers et autres liberticides l'analysent...

"Célèbre" pour sa grève de la faim rapidement écourtée de Mimizan cet été, Christophe Leprêtre, responsable de "Animalvie" le sera davantage désormais pour être le premier militant anti taurin à subir les foudres de la Justice. Condamné en correctionnelle à Mont de Marsan pour avoir diffamé la présidente de l'UVTF, il a vu sa peine doublée par la Cour d'Appel de Pau.

Par arrêt en date d'hier, celle-ci a confirmé le jugement du Tribunal Correctionnel de MONT DE MARSAN, en ce qu’il avait déclaré Monsieur LEPRETRE coupable de diffamations publiques à l’égard de Madame DARRIEUSSECQ, élève la condamnation pénale à une peine d’amende de 500 €, confirme celle sur les dommages et intérêts, et lui alloue en outre une indemnité supplémentaire de 3.000 € sur la base de l’article 475.1 du Code de Procédure Pénale.

Autrement dit, monsieur Leprêtre est condamné à verser 6500 euros, ce qui l'incitera sans doute à davantage de prudence et de mesure dans ses propos, dans la mesure où cette condamnation fait de lui un récidiviste potentiel, et dans ce cas les peines sont encore plus lourdes.
Au vu de cette condamnation exemplaire qui en appelle beaucoup d'autres, les mots d'ordre donnés par l'Observatoire la semaine dernière à Nîmes prennent tout leur sens : "Plus que jamais il importe de ne pas répondre aux provocations, de faire confiance à la Justice et d'attendre qu'elle passe enfin". 

D'autant que des mesures préventives sont mises en place par le ministère de l'Intérieur, suite à la réunion tenue par l'Observatoire en décembre, comme le montre l'arrêté préfectoral pris hier par le Préfet des Landes : "Considérant les troubles graves à l'ordre publc survenus sur les communes de Rodilhan, Rion Mimizan et Dax", considérant l'existence d'un rassemblement convoqué sur faceboock, et considérant l'absence de déclaration de cette manifestation qui constitue un indice de la volonté des manifestants de troubler gravement l'ordre public, le "rassemblement à caractère revendicatif est interdit dimanche".

Autrement dit, il est fort probable que ceux qui peristeraient dans leurs intentions de venir manifester à Magescq seront poursuivis et sévèrement punis. Et il est fort probable, les mêmes causes produisant les mêmes effets, que les mêmes dispositions soient prises tout au long de la saison.

Pour ceux qui craignaient, ou souhaitaient, que la jurisprudence Dieudonné soit appliquée à la tauromachie - interdictions de spectacles par mesure préventives au regard de troubles à l'ordre public - il est donc clair désormais qu'elle l'est effectivement, mais dans le bon sens : ce qui est interdit, pour l'instant, sont les manifestations à son encontre.