TERRES TAURINESSuite à une malfaçon trop importante pour autoriser sa distribution au début du mois, nous avons opté pour une ré impression de l'opus 57 qui sera en place dans les prochains jours, en kiosques et dans les boîtes aux lettres. Nous nous excusons pour ce retard malencontreux, mais nous avons privilégié la qualité au calendrier.

Sur un marbre gravé au VIe siècle avant notre ère du côté du Campo de Gibraltar, les Phéniciens nous ont légué l’image de Melkart, héros mythologique célèbre pour avoir tué le Toro du Ciel d’un recibir porté dans les règles. Cette contrée vit aussi passer les maures qui apportèrent à Grenade les jeux taurins qui se pratiquaient alors au Proche Orient. De Hercule et Géryon à Miguelín, sa mémoire taurine est richissime, mais malgré son passé fabuleux, le Campo de Gibraltar est aujourd’hui en crise. Ceux qui y vivent disent que le Campo de Gibraltar est né de deux vents violents, le Levante et le Poniente, et leurs voisins assurent que ces vents ont rendu fous ses habitants. Ce qui est certain c’est que le monde taurin y est riche de ganaderos atypiques : Antonio Gavira, Curro Escarcena, le maestro Miguelin ou Luis Ribera entre autres, voire Antonio Corbacho qui, sur une jambe, prépare l’invasion taurine de la Chine. Tel un road-movie haletant, cet opus nous entraîne à leur rencontre dans des paysages à la beauté inouïe, où la trace des mythes et des légendes se confond avec celle de l’Histoire. Feuilleter.