DSC_0059

Vendredi 19 février, moment important pour le club taurin Biterrois "L'Aficion" et son président Bernard Mula accompagné de Claude San Nicolas : recevoir au Domaine viticole Augé à Boujan sur Libron, le Maestro Juan Bautista pour évoquer sa carrière et présenter la temporada arlésienne en tant que Jean Baptiste Jalabert nouvel empresa, à 34 ans, des arènes d'Arles...
Pour se mettre l'eau à la bouche les nombreux présents ont commncé par "déguster" le clip réalisé par Romain Bofi : "Juan Bautista temporada 2015"

:

 DSC_0064Il appartenait ensuite au revistero Paul Hermé de questionner tout d'abord le Maestro puis l'empresa d'Arles et de donner en quelques mots dates et chiffres : alternative  le 11 septembre 1999 soit 17 années dans les ruedos en tant que matador,  cela trois ans après avoir revêtu la première fois l'habit de lumières en Espagne en tant que novillero (2 oreilles et la queue) et comme le précisait l'invité "depuis ma plus petite enfance les toros ont fait partie de mon monde". 2015, 15eme à l'escalafon, 31 corridas en France, en Espagne, une au Mexique, un nombre honorable dans un contexte difficile ayant vu pour tous les matadors une présence en baisse. Des oreilles notamment à Nimes, Arles, Istres, Palavas, Béziers où il affronta pour la première fois des Miura, poursuivant par ce choix sa volonté de sortir des habitudes en se mesurant à de nouvelles encastes. Pour la nouvelle temporada Juan Bautista espère, en fonction des négociations en cours, descendre 25/30 fois dans les ruedos en France et en Espagne...

Il était  impossible si proche de Béziers de ne pas évoquer le Maestro biterrois Sébastien Castella, rival d'un temps avec des relations parfois compliquées, aiguisées par la presse. Pour le Maestro cela provenait de la compétition devant deux Aficions, celle d'Arles et de Béziers, soutenant chacune leur jeune novillero puis matador. Mais cette époque est révolue depuis plusieurs années et leurs rapports sont amicaux ; pour preuve Sébastien a pour ainsi dire tout de suite accepté d'ouvrir la feria de Paques 2016...

La passion du Toro de Juan Bautista fait que la Corrida reste sa première activité. Empresa d'Arles, bien sûr, avec une DSP de quatre ans, mais avec une équipe d'associés Alain Lartigue, François Cordier, Lola Jalabert sa soeur au sein de "Ludi Arles organisation" sans oublier en conseil son père et son oncle. Si il y aura moins de corridas durant les ferias ce sera au profit d'un renouvellement, d'une nouvelle image faite de surprises et d'originalité, ceci sans renier le passé. La composition des cartels 2016 a été construite pour atteintre ces buts : Castella avec Manzanares et Lopez Simon, un mano a mano avec El Juli et Roca Rey, un rejon avec Cartagena, Diego Ventura, Lea Vicens, et des Pedraza de Yeltes pour Escribano, Thomas Joubert et Del Alamo. Sans oublier une novillada pour Manolo Vanegas, Leo Valadez et Andy Younes. Les nouvelles générations seront donc bien présentes. Et il est tout naturel pour Jean Baptiste de mettre à l'affiche de la course camargaise l'élite des razeteurs et de continuer en juillet la "Cocarde d'Or".

Déjà originale par sa conception artistique la corrida Goyesque doit cette année créer la surprise. Matador de renom il y a maintenant quelques années, mais toujours artiste peintre, l'empresa a convaincu le Maestro Luis Francisco Espla de décorer l'amphithéatre arlésien. C'est déjà là un évènement, mais qu'il accepte aussi de descendre dans le ruedo cela devient L'ÉVÉNEMENT de la temporada. Accompagné de Morante de la Puebla et de Juan Bautista l'esprit Goyesque planera sur le ruedo...

Jean Baptiste est bien décidé de remettre en piste la "Corrida concours" cette année pour six encastes face à un autre enfant du pays d'Arles, pour ses 10 ans d'alternative, Medhi Savalli accompagné de Morenito de Aranda et Jimenez Fortes.

Pour conclure, l'invité de l'Aficion est bien décidé à ouvrir les gradins à la jeunesse avec une tarification incitative pour les moins de 20 ans, d'ouvrir un tendido jeunes de 200 places ; sans oublier son parrainage de l'École taurines d'Arles...

Et c'est avec un Maestro disponible que la soirée s'est terminée autour de mets espagnols...

DSC_0066