FSTF_avectexte2

Il paraît que nos nouvelles régions ont des compétences élargies en matière d'économie, d'écologie, de cultures, régionales bien enendu. C'est pourquoi début janvier, notre président, Dominique Valmary, a adressé une lettre à chacun des présidents de nos trois régions taurines :

  • À M. Alain Rousset, président de la région Aquitaine Limousin Poitou Charentes
  • À Mme Carole Delga, présidente de la région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées
  • À M. Christian  Estrosi, président de la région Provence Alpes Côte d'Azur.

Dans ces lettres, bâties sur un plan identique, notre président :

  • Expliquait ce qu’était la Fédération des Sociétés Taurines de France.
  • Rappelait l’importance du taureau de combat dans la région considérée selon ses incidences : 

- Économique
- Sociétale
- Environnementale
- Culturelle
- Éducative

  • Insistait sur la réalité du phénomène taurin aujourd’hui.

Enfin les lettres se concluaient par les questions que nous reproduisons ci-après in extenso :

  • Envisagez-vous de reconnaître explicitement et formellement les activités et les pratiques taurines implantées dans la région ?
  • Envisagez-vous de procéder à la désignation d’une représentation au sein du Conseil Régional, par un élu qui serait l'interlocuteur, des cultures et traditions régionales, dont les cultures taurines ? 
  • Nous demandons enfin que les entités taurines, dont la Fédération des Sociétés Taurines de France, soient régulièrement consultées sur les sujets touchant aux tauromachies, aux taureaux, à leur élevage et à la préservation des espaces naturels.

À ce jour, près de trois mois après, une seule réponse, celle du Président de la région PACA, datée du 29 janvier. Un sur trois, c'est pas mal,  ça serait encore mieux s'il ne s'agissait pas, plus que d’une réponse, d’un exercice d’auto satisfaction-félicitation que nous reproduisons ici pour votre parfaite information Chers Lecteurs :

FSTF réponse Estrosi (2)_0 clic dessus

Moralité, nos responsables politiques régionaux ont les oreilles aussi bouchées, quand ça les arrange, que celles des nationaux. Si nous voulons être entendus d’eux, crions plus fort, faisons beaucoup plus de bruit...
Ils devraient finir par s'apercevoir que les toros existent et les aficionados aussi, les aficionados qui comptent parmi leurs électeurs aussi.                                                                                                                                                  J-J  D