Plusieurs personnes s'étonnant de ne rien lire sur la messe 2017 aux arènes le 11 de ce mois, j'ai simplement, en l'actualisant, repris mon texte datant de 2015...

L'édito du journal officiel de la la ville de Béziers –  n°61 du 1er août 2017 - nous annonce « En ouverture, vendredi 11 août, le défilé de la Vierge et la messe aux arènes, pour prendre du recul sur ce que nous sommes, pour redonner sens à ce grand moment ». 

Si Castelbon de Beauxostes, fondateur en 1898 de la Société Tauromachique de Béziers - pour beaucoup dans l'existence de nos Arènes – anticlérical notoire, franc maçon et membre du Parti Radical du petit père Combes, lisait ces quelques mots il se retournerait dans sa tombe !

La messe au milieu du Ruedo n'a jamais été une tradition à Béziers, en France et aussi en Espagne, même si il y eut quelquefois ces derniers temps, pour les aficionados le désirant, un office à la chapelle des arènes biterroises. L'essentiel, c'est le Toro, et le Matador qu'il soit « celui qui croyait au ciel ou celui qui n'y croyait pas ».
Nos racines historiques bien sûr, sont imprégnées du Christianisme et de Judéo, mais aussi de Socrate, Platon, des celtes et saxons, des légions romaines, d'Avicenne et de ses chiffres arabes, de Voltaire, du Siècle des Lumières…
toroEt puis, avec cette messe relevant davantage du spectacle que du recueillement c'est donner du grain a moudre aux anti-corrida et autres liberticides qui commencent à se répandre en déclarations. L'un amalgame Franco, l'Opus Dei et la Corrida, oubliant au passage les 3 600 soldats républicains issues du monde taurin composant la 96eme Brigade mixte des Toreros Rouge ; l'autre nous ressort la Bulle pontificale de Pie V « de Salut Gregis » en 1567 menaçant d'excommunication ceux pratiquant les jeux du Toro ; oubliant que cette Bulle n'avait que faire du sort des Toros, mais édictait qu'un bon chrétien ne pouvait mourir que pour « son Dieu et son Roi ». Il méconnait bien sûr la Bulle « Suscepti Muneris » de Clément VIII rétablissant en 1596 de façon définitive le droit à la Tauromachie. Alors, respectons l'Histoire de notre Nation et de notre passion.

Certains sépulcres blanchis et autres pharisiens vont me traiter de laïcard retardé, mais ils ne m’empêcheront pas de réécrire : « au Toro ce qui est au Toro et à Dieu ce qui est à Dieu…".