DSC_0834

Vendredi 19 octobre, à Boujan au Domaine vinicole Augé, le club taurin biterrois l'Aficion recevait le matador Patrick Varin et son élève le novillero Nimois El Rafi. C'était un peu une avant-première "off" des 36emes Journées taurines de Béziers. Il appartenait, comme il sait bien le faire, à Paul Hermé d'animer ce débat entre les deux invités devant une salle pleine d'aficionadas et aficionados.

DSC_0832

Patrick Varin, lyonnais de naissance avec du coté maternel du sang d'Alicante, fait partie de cette génération de matadors français des année 70 qui réussira à s'imposer malgré les nombreuses difficultés rencontrées par les toreros français au sein du mundillo. De 1975 à son alternative en septembre 1979 à Palavas des mains du Cordobés, il participe à de nombreuses capeas, novilladas en France et en Espagne. Matador de toro il foule de nombreuses fois les ruedos sud-américains. En France peu de corridas, mais toujours au sein de bon cartels. Depuis 7 ans il est professeur au Centre Français de Tauromachie à Nîmes. Parallèlement à cette activité c'est un artiste plasticien. Ses collages "tête de toro" - cent de réalisés à ce jour - sont appréciés bien au delà des aficionados. Son toro trônant au milieu du Musée itinérant des Cultures taurines à Béziers et ailleurs en a étonné plus d'un. Patrick Varin est l'apoderado d'El Rafi dont il a découvert les qualités durant les cours du CFT et au campo. En tant que professeur il tient avant tout à transmettre son amour de la tauromachie à ses éléves.

Raphaël Raucoule "El Rafi", Nimois âgé de 19 ans a toujours baigné dans l'univers du toro et son grand père aficionado ayant ses entrées aux arènes de la cité des Antonins y est certainement pour beaucoup. A noter ses racines biterroises puisque son arrière grand père, Auguste Albertini fut sénateur-maire de Béziers. Son cheminement taurin débute vraiment en 2009 à l'école taurine de Nîmes, puis au CFT de Christian Lesur où Patrck Varin remarque trés rapidement sa volonté et son envie de travailler. Parallèlement, il poursuit des études secondaires conclues par un Bac S. Lors de sa présentation en piquée à Nîmes, en mai de cette année il obtient la "Cape d'Or". Pour El Rafi, les neuf novilladas piquées en 2018 c'est apprendre et approfondir le 1er tercio ; ce tercio lui permettant d'analyser davantage le comportement du toro. Satisfait de l'année 2018, il sait qu'il a encore beaucoup à apprendre, notamment à l'épée, et compte bien le faire cet hiver à l'École taurine de Salamanque.

Pour Patrick Varin, il veut des élèves qui travaillent leur toreo avec leur personnalité.  El Rafi à les bases pour réussir : tête froide, volonté de vaincre, courage. Et si c'est le toro qui fait le tri, El Rafi a la rage et l'ambition d'un jeune voulant donner corp et suite à sa passion, c'est ce qu'il a ressenti chez son élève particulièrement en l'observant lors des tientas privées face à des novillos et en combattant seize toros...

Voici en quelques lignes un court résumé d'un débat des plus intéressant se terminant par la remise - par Bernard Mula, président de l'Aficion - d'un trophée au futur madator et un cadeau vinicole du Domaine Augé au maestro Patrick Varin. Prochaine soirée le 23 novembre avec Zocatto...

DSC_0843