Les militants anti-corrida nous avaient habitué à leurs bassesses à travers leurs actes liberticides : destructions-vandalisations d'oeuvres d'art, gazages de personnes se rendant aux arènes, envoies de lames de rasoirs à des aficionados, cyber-action en direction d'entreprises pour qu'elles retirentr des produits comportant des images taurines, tagages de vitrines comportant des affichettes de corridas...

La fédération des luttes pour l’abolition des corridas et son président Thierry Hély, bien connu pour ses falsifications, mensonges et autres, vient de franchir une nouvelle étape dans l'abjection. Ayant découvert que Arnaud Imatte nouveau délégataire des arènes d'Alès - avec Didier Cabanis et Renaud Vinuesa - était directeur d'une filiale du groupe Schneider Electric, T. Hély s'est fendu d'une lettre adressée à la direction générale de cette societé dont le Midi Libre,début mars, a publié un extrait qui a lui seul démontre l'état d'esprit liberticide sinon plus de l'individu :

« Un directeur de Schneider Electric, entreprise qui se veut éthique et respectueuse du vivant, impose son goût pour la barbarie des corridas à ses salariés (…) Si sa passion pour la corrida restait dans la sphère privée, il n’y aurait pas lieu de citer le groupe industriel qui l’emploie. »
Heureusement pour notre ami  Arnaud Imatte, Schneider Electric France possède une direction où la DRH connaît le Code du travail. Sa réponse est nette :

« Nous n’étions pas informés des responsabilités de M. Arnaud Imatte dans l’organisation de corridas dans la région d’Alès et ce, pour des raisons tout à fait normales, car cet engagement relève tout simplement de sa vie privée ; nous n’avons pas à en connaître l’existence dès lors qu’il ne contrevient pas à des dispositions d’ordre public ou ne crée de trouble caractérisé au sein de notre société au titre de ses fonctions. » et de conclure : « Chacun a ses convictions sur la corrida, mais il ne nous appartient pas de prendre parti pour ce débat, ni d’administrer une quelconque police dans l’engagement de nos collaborateurs (…) Agir autrement nous amènerait tout simplement à enfreindre la loi comme le rappelle chaque année une jurisprudence constante en la manière

Que recherchait la Flac de la part de l'entreprise ? Que celle-ci oblige son salarié à démissionner de la délégation en charge des arènes d'Alès ? Qu'elle entame une procédure de licenciement ? Peu importe le but d'Hély, l'abjection est là ! Verront nous demain des lettres partir au Vatican pour demander l'excommunication de catholiques pratiquants ayant un rôle au sein du Mundillo ; une autre à la direction d'un parti ou syndicat pour l'exclusion d'un aficionado..? Et puis quoi encore !

Sachez qu'Arnaud Imatte a précisé à Midi Libre : « Je suis bien patron d’une filiale de Schneider Electric à Alès mais tout est scindé. Il n’y a pas de financement de l’entreprise vers la corrida et je ne mêle absolument pas mon entreprise à ma passion.Les choses sont très claires et très distinctes. »

Je souhaite, j'espère pour ma part que l'Aficion montrera sa solidarité avec Arnaud en se déplaçant massivement aux arènes d'Alès lors de la feria de l'Ascension notamment les 1er et 2 juin.