GRAND GALA TAURIN

Une grande réussite que ce 10ème festival taurin nommé depuis sa création « Gala de printemps » par son éminence Christian Coll (président du CTPR El Mundillo de Béziers) qui peut être heureux ce soir car les aficionados Biterrois ont joué le jeu ; et ce n’était pas évident, avec dès 14 heures Béziers-Biarritz à la Méditerranée. La messe du dimanche matin a été dite par le diacre Richard Milian qui a par ses commentaires et ses multiples conseils aux jeunes des 4 écoles taurines représentées, fait l’unanimité parmi le public nombreux sur les gradins dès le matin. Ajoutez à cela 4 vaches de Margé excellentes, la première de rêve, sous un soleil agréable des gamins courageux et un public compréhensif et avisé, lorsque l’heure de l’apéritif a sonné, le pari de Christian était déjà gagné.

matin

La tarde a débuté à cheval. - ndlr : présent dans l'assistance le Maestro Juan Bautista - Notons encore une fois la qualité du couple d’aguaziles Patricia et Michel Faugères rayonnants avec leurs chevaux impeccablement préparés, poil d’hiver lavé et luisant, qui ont présenté au paseo un autre cavalier, Mickael Toubas et les six autres toreros : Tomas Cerqueira, Manuel Ponce, Tibo Garcia, Baptiste Cissé, Yon Lamothe, et Nino Julian.

toubas

Rejon : Longue lidia à cheval où le caballero plante plein de banderilles dont deux courtes, et trois rejons ; difficultés à la mort, après de nombreux descabellos Mickael Toubas est applaudi.

tomas

Pour Tomas Cerqueira c’était peut-être le rendez vous le plus important de sa vie de torero, se remettre devant après l’aventure tragique de Mauguio était sûrement nécessaire, indispensable mais combien aléatoire, et le public l’a bien senti et n’a pas ménagé ses encouragements. On a senti le torero à gusto dès les passes de cape, le toro veleto de Galon mettait la tête et Tomas l’a de suite compris. Peu piqué, le Galon est bien banderillé par Mathieu Guillon et José Gomez. Brindis au professeur Nègre qui a opéré Tomas à Montpellier et faena. Avec la muleta, Tomas est bien sur les deux cornes, faena suave et classique, une bonne épée et après la puntilla, deux oreilles méritées.

ponce

Amené à Béziers par Bernard Martinez (Mecanico loco), Manuel Ponce nous vient tout droit de Chiclana de la Frontera. Son toro de l’élevage Barcelo prend une bonne pique et deux paires données par Medhi Savalli et Marc Monnet toujours en forme. Le toro est très haut de trapio et très fort, Ponce se croise et arrive à le faire passer sur les deux cornes avec brio mais le toro se réfugie aux planches et c’est très volontaire que Manuel le torée dans sa querencia avant de le sortir pour le tuer d’un recibir un peu tombé, mais efficace. Une oreille

tibo

Tibo Garcia dont c’était aussi le retour prend un toro de Tardieu très encasté. Difficile de lier des séries avec ce toro,, mais Tibo arrive à toréer, nous sert des séries sérieuses sans ligazon mais qui transmettent. Après une excellente dernière série à gauche, grosse épée, un seul descabello, une oreille. Toro applaudi à l’arrastre.

cissé

C’est un Blohorn que va toréer Baptiste Cissé bien connu des aficionados Biterrois. Ce toro s’emploie très peu au cheval, bref tercio de banderilles et vient la muleta. Baptiste nous sort une grosse faena, très variée, écoute la musique, et fait passer ce toro sur les deux cornes avec une grande classe. En fin de faena le toro s’échappe mais Cissé va le chercher et le toré dans sa querencia avant de lui mettre une épée légèrement tombée, efficace, une oreille avec forte pétition de la deuxième.

On passe en « Sin caballos » :

lamothe

C’est Yon Lamothe qui débute mais son toro de l’élevage Jalabert est fort et on va le piquer sans le consentement de la présidence un peu à l’ouest sur le sorteo et sur les us et les coutumes d’un festival. Le petit fils d’Alain Lartigue est bien sur ce toro très encasté, il lui sert des séries à gauche très applaudies, termine par des manoletinas serrées et réussies. Hélas il va pincher deux fois, puis il met un tiers de lame qui va s’avérer efficace, gros applaudissements.

nino

Arrive le septième toro de la tarde, élevage Margé pour Nino Julian. C’est le scénario idéal pour terminer cette tarde avec beaucoup d’alegria, le toro est fort, encasté et plein de qualités, et en face le petit Nino est fort, encasté et plein de qualités. Très bonne entame ou le capote rose et bleu fait des merveilles avec ce toro « Con mucho gaz ». S’ensuit un excellent tercio de banderilles par le maestro lui-même, le public est conquis, et de muleta après une entame à la « José Tomas », Niño sert des passes de tous côtés et en tous lieux, à droite à gauche ce toro mange le sable, c’est une machine à embestir et le torero se régale. Un peu trop peut-être car il se fait bousculer mais peut-on lui reprocher de trop s’exprimer devant un toro comme ça ?
Une épée tombée et deux oreilles méritées. En piquée ce toro aurait sûrement fait la vuelta.

Public ravi, temps idéal, grande tarde de toros, merci M. Coll.

texte : Tierry Girard - Photos : Jean-Claude Lemelle et Patrick Colleoni - merci à tous trois

NDLR : Christian Coll, au moment du 4eme toro a été emmené aux urgences. Je tiens a rassurer ses amis il a repris le dessus et devrait rester quelques jours en observation.
HB