AFFICHE VERSION MAILAprès Pierre Pouly puis Hubert Yonnet, Luc jalabert prit, avec son frère Marc, en 1999, la direction des arènes d'Arles. Durant cette période qui correspond à 17 temporadas furent organisées 118 corridas de toros et 36 novilladas avec picador, et bien sûr aussi des corridas à cheval et des novilladas sans picadors. Pendant toutes ces années, pour les seules corridas à pied, 102 matadores de toros et 48 élevages se sont succédés avec pour chacun une fréquence plus ou moins grande. Juan Bautista, 29 fois, et El Juli, 22 fois, sont les toreros le plus souvent vus, et pour les toros Miura, 11 fois, et Domingo Hernandez, 10 fois. Mais ces "Années Luc" n'ont pas été marquées que par la venue des "figuras del toreo" et des élevages dont la réputation n'est plus à faire. De nombreux toreros y ont fait leur présentation tandis que d'autres venaient à Arles une dernière fois, et il y eut beaucoup de moments forts dont on se souvient, comme les alternatives, les goyesques, les concours. Trois toros ont été indultés, tous par El Juli, 9 queues ont été coupées et à 7 reprises tous les toreros du cartel sont sortis par la grande porte. Sans toujours entrer dans les statistiques, on se souvient aussi de beaucoup de moments de grande émotion comme la corrida de S.F.Meca devant des Cebada Gago.

Tous les toreros, tous les toros, ayant foulé le sable du ruedo arlésien mériteraient d'être cités et montrés, mais les murs ne sont pas extensibles et il a bien fallu opérer des choix, résultant à la fois des évènements qui se sont produits, des exigences du photographe et de la sensibilité taurine de l'aficionado que je suis avant tout. J'ai sélectionné 72 photographies pour évoquer ces "Années Luc", étant bien conscient que des dizaines, voire des centaines, d'autres auraient pu aussi être accrochées.

Un an après la disparition de Luc et l'année où Jean Baptiste fait ses adieux en célébrant ses 20 ans d'alternative, cette évocation à laquelle je pensais depuis plusieurs années, s'imposait à moi, mais bien sûr l'histoire ne s'arrête pas là.

M.V.