goyesque 1S'il fallait une preuve supplémentaire que la corrida est un Art complet aux multiples facettes, la goyesque de la Despedida de Juan Bautista samedi 7 septembre en apporterait les éléments : l'architecture des Arènes d'Arles et sa décoration à partir des couleurs et formes de Van Gogh, la voix de la Mezzo  Soprano Muriel Tomao accompagnée par l'orchestre Chicuelo et les choeurs d'Escandihado, les costumes de lumières, la théâtralité des deux dernières lidias celle d'Enrique Ponce et celle Juan Bautista...

Bien avant le l'hymne espagnol, puis la Marseillaise et le paseo, les 12 500 personnes présentes sentaient que cette tarde serait historique, et ce fût le cas. Six toros de ganaderias différentes ;  pour Enrique Ponce : Cuvillo (2 oreilles), Adolfo Martín (1 avis et silence), Juan Pedro Domecq (2 oreilles et la queue) ; pour Juan Bautista : Garcigrande (1 oreille), La Quinta (2 oreilles) , Vegahermosa (2 oreilles et la queue symbolique). Six faenas de factures différentes permettant aux présents d'admirer une multitude de muletazos différents.

Naturellement chacun pourra discuter à l'infini le bien fondé ou non d'une oreille, d'une queue ou d'une vuelta, cela est dans l'ordre des choses. L'art est source de discussions. Mais je suis pour ainsi dire certain que resteront gravé dans les souvenirs de la plupart des aficionadas et aficionados présents, la 3eme faena de Ponce où le JP Domecq, la muleta, la musique et le Maestro ne faisaient qu'un et

poncenaturellement la dernière de Juan Bautista, en competentia, allant à mas ((un al violin), clôturant la tarde et sa carrière de Maestro avec un Vegahermosa brave (placé loin) et noble méritant l'indulto.

bautista

indulto

L'émotion était présente sur les gradins et dans le callejon, accentuée après la vuelta - en compagnie du ganadero et de ses enfants - par la voix d'Anne, épouse du Maestro chantant l’Hymne à l’Amour d’Edith Piaf.  "Torero ! Torero !"

vuelt

Cette despedida s'inscrira sur le livre d'or de la Tauromachie...

PS vous trouverez, mieux que je les aurais écrites, les reseñas sur cette journée sur les sites de Toro Bravo et Toro Fiesta.

Photos de Paco (Patrick Colleoni de Torobravo)