MIDI LIBRE :
Sébastien Castella peut rêver d'un nouveau triomphe à Béziers.
Sébastien Castella peut rêver d'un nouveau triomphe à Béziers. (© D.R)

Les négociations avancent favorablement entre Robert Margé et la “figura” biterroise et devraient conduire à son premier solo dans les arènes.

Exclu de la dernière Feria à la suite de son exigence de figurer deux fois aux cartels que lui avait refusés Robert Margé, il paraissait impensable que Sébastien Castella soit absent deux années consécutives sur ses terres. Plusieurs signes conduisaient à l’optimisme pour 2013, car celui qui a été désigné numéro un de la temporada à deux reprises, a invité l’aficion biterroise le 23 mars pour une journée campera privée dans sa finca et sera programmé à Palavas (arène de Margé) face aux Fuente Ymbro.

Le premier seul contre six de l'histoire des arènes

Se positionnant dans le mouvement actuel des cartels événements (solo de Manzanares à Séville, de Talavante à Madrid, El Juli face aux Miura à Séville…), Sébastien Castella a proposé à Robert Margé de réaliser le premier seul contre six de l’histoire des arènes du Plateau de Valras. Si les négociations ne sont pas encore abouties, Robert Margé se montrait optimiste après sa rencontre avec Luis Manuel Lozano (apoderado du Biterrois), cette semaine à Madrid, et nous confiait « que les discussions se déroulent sereinement ».

Le principe du solo semble acté même si des détails pourraient encore perturber ce cartel qui serait un des événements de la temporada française et provoquerait un fort engouement dans l’aficion locale. Souvent critiqué “en off” pour n’avoir jamais accompli de grands gestes dans sa ville, puisqu’il avait réalisé ses deux seuls solos comme matador de toros à Nîmes, ce seul contre six de Sébastien Castella mettrait tout le monde d’accord et marquerait l’histoire tauromachique biterroise.

Face à des Fuente Ymbro ?

D’autant que le Maestro envisagerait, selon nos informations, de ne pas limiter ce solo à l’affrontement des élevages habituels des stars de l’escalafon. En effet, aux habituels toros d’origine Domecq (Cuvillo, Garcigrande, El Pilar...), il devrait combattre du bétail plus encasté tels Fuente Ymbro ou Alcurrucen et même un Victorino Martin. Sébastien Castella ira-t-il jusqu’à affronter des ganaderias qui ont marqué l’histoire récente des arènes comme Valdefresno, voire un “Miura de Béziers” ? Improbable, même si ce serait l’occasion parfaite de clore le débat car les grandes figuras du toreo - et il en est - doivent un jour affronter les monstres de Zahariche. Si le contenu précis reste encore à définir, ce probable seul contre six aurait un impact médiatique énorme pour la ville et l’empresa. Il permettrait surtout à l’aficion biterroise de fêter son torero, le meilleur de l’histoire française, pour cette corrida qui marquera les annales des arènes.

Des figuras et des inévitables déceptions

La Feria retrouvera son format classique de quatre corridas et une novillada piquée. En tant de crise, Robert Margé pariera sur la présence des figuras, plutôt qu’une orientation volontairement toriste comme envisagée au départ. Les Miura clôtureront les festivités le 18 août, comme de tradition, et l’empresa avait annoncé, à l’issue du précédent cycle, "un mano a mano Castaño- Robleño", soit les deux toreros références des corridas dures. Antonio Miura confiait d’ailleurs, depuis Zahariche, que "Castaño combattrait probablement les huit corridas de Miura lidiées en 2013".

Il est possible que Robert Margé intègre au cartel Aguilar, qui réussit face aux élevages durs et qui est apodéré par Campuzano, ami de longue date de l’empresa (ils dirigeaient ensemble Castella à ses débuts). En outre, après le succès populaire de l’an dernier "et la demande de nombreux aficionados" selon l’organisateur, l’expérience de la corrida mixte sera renouvelée pour l’ouverture du 15 août avec le retour des toros de Daniel Ruiz et de Pablo Hermoso de Mendoza, la légende du rejon.

Cinq postes à pourvoir

Il resterait donc cinq postes à pourvoir : deux le 15 août et trois face aux Margé. L’empresa refuse de s’exprimer sur les cartels souhaitant "réserver la primeur à la commission taurine", mais la présence de Manzanares, le meilleur torero des trois dernières temporadas, semble acquise pour l’ouverture, après son absence sur blessure l’an dernier. Comme celle de Miguel Angel Perera, après son indulto de Calabres. Autre certitude, il y aura de nombreux déçus pour les trois derniers accessits car, aux habitués de Béziers (El Juli, Ponce, Bautista, Padilla, Savalli), il faut rajouter les triomphateurs de l’édition précédente (Mora, Perera, Cerqueira, Luque, Talavante) et Fandiño, lauréat de la temporada 2012.

On pariera donc sur la présence de Luque (ou Perera) pour le 15 août au côté de Mendoza et Manzanares et celles de Ponce, Perera et Mora (ou Bautista) pour la corrida de Margé. Dans ce contexte, il est probable qu’El Juli paie ses dernières prestations inabouties à Béziers et la présence de Cerqueira est loin d’être acquise, malgré sa sortie en triomphe pour son alternative en 2012.

STEPHAN GUIN MIDI LIBRE -11/03/2013